Les saints des derniers jours apportent leur aide aux victimes de la famine en Afrique et au Moyen-Orient

Les saints des derniers jours apportent leur aide aux victimes de la famine en Afrique et au Moyen-Orient

LDS Charities travaille en partenariat avec des organisations humanitaires internationales

Nouvelles

Les mormons fournissent onze millions de dollars d’aide supplémentaire pour les victimes de la famine dans huit pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Cette action humanitaire a été récemment approuvée par la Première Présidence de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours pour fournir des secours dans des endroits du monde touchés par la sécheresse, la guerre civile ou d’autres difficultés.

 

LDS Charities, l’organisme humanitaire de l’Église, travaille en partenariat avec onze organisations humanitaires internationales pour soutenir 25 projets au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud, au Yémen, au Niger, au Kenya, en Ouganda et en République démocratique du Congo.

« Pendant nos récentes visites en Afrique, nous avons constaté par nous-même l’importance de répondre aux besoins de nos frères et sœurs qui font face à de grandes épreuves et à des situations difficiles », a dit Gérald Caussé, l’Évêque Président de l’Église. « Les contributions de nos membres fidèles financent la nourriture, les abris, l’eau potable, les soins médicaux et les autres fournitures de première nécessité pour près de sept-cent cinquante mille personnes, entres autres des enfants souffrant de malnutrition sévère.

Les dons de l’Église en espèces et en nature profiteront pendant un an à plus de 1,1 millions de personnes.

Partenaires mondiaux

LDS Charities travaille en partenariat avec les principales organisations non gouvernementales et religieuses, entre autres CARE International, le Secours catholique, Convoy of Hope, International Rescue Committee, Islamic Relief USA, Rahma Relief, Real Medicine Foundation, Save the Children, UNICEF USA, USA for UNHCR et le Programme alimentaire mondial.

« Avec vingt millions de personnes sur le point de mourir de faim et 5,7 millions d’enfants gravement sous-alimentés en Somalie, au Soudan du Sud, au Yémen et dans le nord-est du Nigeria, il est plus important que jamais que la communauté internationale passe à l’action pour éviter que des gens ne meurent », a dit David Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial. « Nos frères et sœurs dans ces pays ont besoin de notre aide pour repousser la famine et mettre un terme aux souffrances de gens innocents. »

« Nous avons là une excellente occasion de donner de nos richesses à des gens qui souffrent, d’alléger leurs fardeaux et de leur faire savoir que nous nous soucions d’eux. Nous sommes très reconnaissants aux partenaires ayant notre état d’esprit et qui nous aident à rendre service dans des endroits que nous ne pouvons pas atteindre nous-mêmes », a déclaré Jean B. Bingham, présidente de la Société de Secours de l’Église.

« LDS Charities est régulièrement intervenu pour aider les gens qui en ont le plus besoin dans les situations d’urgence », a dit Prerana Issar, directeur des partenariats du secteur privé pour le Programme alimentaire mondial (PAM). « Leur confiance dans le PAM, leur compassion et leur désir d’aider les gens qui ne peuvent pas s’aider eux-mêmes ont transformé la vie de dizaines de milliers de personnes qui souffrent de la faim et de malnutrition dans le monde entier. »

Évolution de la famine

On estime que vingt millions de personnes au Soudan du Sud, en Somalie, au nord-est du Nigeria et au Yémen sont frappées par une famine causée par une longue sécheresse et la guerre civile. Dix millions d’autres personnes sont dans une situation critique et peinent à nourrir leur famille.

LDS Charities travaille en partenariat avec Real Medicine Foundation sur des projets humanitaires dans huit pays, entre autres le Soudan du Sud, la Somalie et l’Ouganda, où des milliers de gens arrivent chaque jour au camp de réfugiés de Bidi Bidi.

« Cela a été un honneur et un plaisir de travailler avec LDS Charities », a déclaré Martina Fuchs, docteur en pédiatrie et fondatrice de Real Medicine Foundation, qui a fait l’éloge de l’organisation et de l’Église pour son « haut niveau d’intégrité ».

Des actions sont menées à Bidi Bidi pour rescolariser les enfants et pour prodiguer des soins médicaux aux réfugiés. « Nous allons mettre en œuvre tous les soins médicaux à Bidi Bidi au cours de cette année et nous prévoyons déjà trente centres de soins et hôpitaux », annonce le docteur Fuchs.

Real Medicine Foundation emploie et habilite les ressortissants des pays où cette fondation mène des actions parce qu’ils connaissent bien les besoins des communautés. « LDS Charities soutient cette décision, c’est ce qui est si fantastique », explique le docteur Fuchs.

En juin 2016, la Première Présidence de l’Église et d’autres dirigeants religieux et érudits du monde entier ont rejoint le Programme alimentaire mondial pour publier des déclarations visant à mettre un terme à la faim dans le monde.

« Notre cœur est rempli de compassion […] pour les nombreux enfants de Dieu qui souffrent quotidiennement du manque de nourriture et qui subissent les effets dévastateurs de la faim et de la malnutrition. […] Nous demandons aux personnes, où qu’elles se trouvent, d’ouvrir leur cœur et leur esprit face à ce besoin croissant et à mettre à disposition des ressources pour contribuer à l’élimination de la faim », a dit la Première Présidence.

Depuis 1985, LDS Charities a alloué une aide de près de deux milliards de dollars à des millions de gens dans 189 pays. L’Église s’est engagée à apporter de l’aide en Afrique et partout où les besoins surviennent dans le monde. L’action humanitaire de l’Église a commencé lorsque des membres ont réagi à la famine en Éthiopie dans les années 1980. Pour obtenir davantage de renseignements, consultez le site ou la page Facebook de LDS Charities.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.