Rayons du ciel - Puits de lumière du temple de Paris 

Rayons du ciel - Puits de lumière du temple de Paris 

Nouvelles

Je m’étends sur le sol de pierre, en regardant le ciel, en larmes. Grâce à une équipe artistique extraordinaire, et la main de Dieu, le plafond en vitrail, la pièce artistique maîtresse du temple, est terminée. Cependant, il ne représente qu’une partie de ce projet d’envergure.

 

Quand je vois la toile blanche déployée devant mes yeux, je repense à ces émotions, à ce sentiment qui pousse à rechercher l’inspiration d’en haut, et à désirer que le chef de l’équipe artistique sache comment inspirer les membres de son équipe. Mon équipe a reçu des impressions du Seigneur mais elles n’étaient pas simples à réaliser. Le plafond en vitrail du temple de Versailles, semblait être une tâche artistique ardue.

Le site choisi pour le temple se situe à deux pas des jardins du château de Versailles dans un quartier résidentiel. En raison des limites à respecter en matière de hauteur d’édifice, aucune flèche, ni la célèbre statue mormone de l’ange Moroni ne dominerait l’édifice. Nous y avons vu une aubaine, une possibilité d’ouverture du centre de l’édifice sur le ciel, un moyen formidable de faire entrer la lumière et quel meilleur moyen de mettre cette lumière en valeur qu’un plafond en vitrail !

J’avais déjà construit des plafonds en vitrail auparavant, pour les temples de Nauvoo, Palmyra et Gilbert, par exemple. Mais ils étaient radicalement différents. La ville de Paris possède certains des plus beaux puits de lumière du monde entier et ce, grâce aux structures modernes et extraordinaires que sont les dômes. Sur les plans, était dessiné un grand et magnifique escalier en colimaçon, pour le centre de l’édifice, ce qui augmentait la nécessité d’un vitrail en haut de cet escalier. Il aurait été impensable de disposer une vitre plane. Nous espérions trouver un moyen de donner l’impression de continuer son chemin vers le ciel lorsque l’on monte les escaliers. Le but était de diriger le regard vers le ciel.

Le choix de la fleur de lys avait plusieurs raisons. Pendant des siècles, elle a été le symbole de la couronne de France, mais aussi, et c’est le plus important, de la résurrection du Christ. Résurrection qui signifie qu’après notre mort, bien que notre corps reste dans le sol où il a été enterré, notre esprit, lui, continue de vivre et monte au ciel. Les fleurs ainsi sculptées atteignant le Fils de Dieu au ciel.

C’est le plus grand dôme que nous n’ayons jamais tenté de bâtir, et nous devions incurver le vitrail. J’ai regretté ne pas avoir été plus attentif en cours de géométrie car Il nous fallait faire un cercle à partir d’un carré. Comment faire pour incurver un carré de quatre côtés vers le haut et le transformer en cercle au centre ? Nous avions besoin de l’aide d’un technicien spécialisé. L’œuvre artistique a été approuvée et il nous restait à savoir comment fabriquer ce dôme. Je me souviens de ma première visite sur le site. En regardant la grande ouverture en béton, je me suis tourné vers mon collègue et lui ai dit : « Dans quoi est-ce que je me suis embarqué ! »

Des milliers de joyaux forgés dans le feu et dix mille pièces plus tard, le plafond en vitrail était suspendu dans les airs. Le soleil s’y reflétait et répandait de la couleur sur les murs. J’ai descendu l’escalier et me suis allongé d’épuisement. En regardant le dôme, j’ai pris conscience du chemin parcouru. J’ai remercié Dieu de m’avoir aidé à surmonter les obstacles et contemplais le compas au centre de ce dôme décoré de fleurs. Pendant que je tenais ma palette et demandais à Dieu de toujours guider mon cœur, je me suis fait la promesse de continuer à suivre ce compas.

Thomas Holdman - Studio Holdman

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.