Le président Monson : un héritage d’amour et de service

Le président Monson : un héritage d’amour et de service

Des millions de membres de par le monde regardent les obsèques

Communiqué de presse

Les obsèques du président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Thomas S. Monson, ont eu lieu au Centre de conférences sur Temple Square à Salt Lake City le vendredi 12 janvier 2018. Des millions de par le monde y ont assisté à distance. L’homme qui était considéré par les mormons, et vénéré par eux, comme un prophète de Dieu est décédé à 90 ans le 2 janvier 2018, à Salt Lake City, de causes liées à l’âge.

 

« Notre affliction est atténuée par l’expiation du Seigneur Jésus-Christ. La coupe amère qu’il a bue allège notre deuil », a dit Russel M. Nelson, président du Collège des douze apôtres.

« Le président Monson n’a jamais recherché les feux de la rampe », a-t-il ajouté« Dans un monde où l’amour-propre règne, il était un modèle d’altruisme. »

Le plus ancien des apôtres est reconnaissant des nombreuses expressions de condoléances reçues des dignitaires et d’autres personnes dans le monde entier.

« Mon cœur va à sa famille et à tous ceux qui pleurent son départ. Il y a des millions de personnes de par le monde qui ressentent cette perte », explique le président Henry B. Eyring, qui a œuvré auprès du président Monson en tant que premier conseiller dans la Première Présidence.

« Prendre soin d’autrui était chose courante dans le ministère du président Monson », a déclaré le président Eyring. « L’amour pour Dieu et pour les enfants de Dieu faisait partie intégrante de sa vie. Cet amour qu’il avait a pris naissance tôt et a perduré jusqu’à son décès. »

« Thomas S. Monson est indéniablement un géant spirituel, a déclaré Dieter F. Uchtdorf, le second conseiller du président Monson. « Le président Monson était vraiment un prophète pour notre époque. Il était l’homme de toutes les situations. »

« Il était une source de connaissance, de foi, d’amour, de vision, de témoignage, de courage et de compassion. Il dirigeait et servait au niveau de tous, jamais du haut d’une tour d’ivoire. Les pauvres et les nécessiteux occupaient une place de choix dans son cœur », a-t-il ajouté.

Le président Uchtdorf a dit qu’il s’était récemment rendu, en compagnie du président Eyring, au domicile du président Monson. « Le président Monson nous a retenus pour nous dire qu’il aimait le Seigneur Jésus-Christ et qu’il savait que le Seigneur l’aimait. Quel puissant et tendre témoignage de la part d’un prophète de Dieu. »

« Je suis profondément reconnaissante envers mon père et envers l’héritage qu’il a laissé : un héritage d’amour et de service », a dit sa fille, Ann M. Dibb, qui s’est exprimée au nom de la famille Monson. « Bien qu’il ait été prophète, mon père se savait imparfait. Il se reposait humblement et de tout son cœur sur le Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, et s’efforçait de suivre son exemple. »

Sœur Dibb a exprimé sa reconnaissance pour les 54 années de prières qui ont été offertes en faveur de son père alors qu’il était apôtre, puis président de l’Église. Elle était souvent aux côtés de son père, une promesse qu’elle avait faite à sa mère, Frances, avant son décès en 2013.

« Le président Monson, poursuit-elle, a laissé un héritage d’amour mémorable simplement parce qu’il faisait de son mieux. Il aimait Dieu et il aimait ses semblables. Il voyait notre potentiel et croyait sincèrement en notre capacité de changer et de progresser grâce à l’expiation de Jésus-Christ. »

Le président Nelson a déclaré que le prophète laissait un héritage de croissance. Depuis l’appel de Thomas S. Monson en tant qu’apôtre en 1963, le nombre de membres de l’Église est passé de 2,1 à près de 16 millions.

Pendant le mandat de dirigeant du président Monson, le nombre de missionnaires est aussi passé de 5 700 à plus de 70 000 et le nombre de temples est passé de 12 à 159, en plus de ceux qui sont en construction ou qui ont été annoncés.

 « Il n’est pas besoin d’être président de l’Église pour se soucier des besoins d’autrui », a indiqué Sœur Dibb. « Quand nous suivons les murmures de l’Esprit, de simples actes de service peuvent aussi être des réponses à des prières, et nous pouvons poursuivre cette œuvre en servant nos semblables. »

La cérémonie était dirigée par le président Eyring et la musique était présentée par le Chœur du Tabernacle mormon. Le jour précédent, une foule d’environ 31 500 personnes avaient rendu un dernier hommage au président Monson lors de l’exposition publique du cercueil au salon des prophètes du Centre de conférences. L’inhumation a eu lieu au cimetière de Salt Lake City.

Le président Monson laisse dans le deuil sa fille, Ann M. Dibb, et ses fils, Clark S. Monson et Thomas L. Monson, de même que huit petits-enfants et douze arrière-petits-enfants. Son fils Clark a offert une prière familiale avant le service.

Le président Monson est devenu le 16e président de l’Église le 3 février 2008, à la suite du décès du président Gordon B. Hinckley. Il a été appelé comme apôtre en 1963 à 36 ans et a servi comme conseiller dans la Première Présidence sous trois présidents de l’Église pendant plus de 22 ans.

Pour en savoir davantage sur la vie du président Monson, voir le site de la Salle de presse mormone.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.