Lieux disponiblesFermer la fenêtre
« Newsroom mondial
Fermer la fenêtre
Nouvelles  —  4 Décembre 2012

L'apôtre Neil L. Andersen visite les saints de France

Paris — 

C'est dans la langue de Molière que l'apôtre Neil L. Andersen s'est adressé aux membres des pieux de Bordeaux, de Lyon, des deux pieux parisiens et pour finir du pieu d'Angers et du district de Lorient. Il a rencontré également les missionnaires des missions de Lyon et de Paris.

Son périple de dix jours a commencé les 10 et 11 novembre par la conférence d’automne du pieu de Bordeaux, où l'on a commémoré le vingtième anniversaires de sa création, le 24 mai 1992.  Neil L. Andersen, membre du collège des Douze, ancien président de la mission de Bordeaux (1989-1992), était accompagné de Patrick Kearon, Soixante-dix et 1er conseiller dans la présidence de l’interrégion, de Blake Marshal Roney, président de la mission de Lyon.

S’exprimant dans un très bon français, l’Apôtre, sa femme et ses enfants, ont évoqué avec émotion leurs souvenirs, bénédictions et miracles dans la région de Bordeaux, lors de la session du samedi soir.

Les jeunes gens et jeunes filles du pieu ont ensuite offert un spectacle musical remarquablement illustré sur le thème « Faisons briller la lumière du Christ ». Un moment de partage empreint d’amour. 

Après avoir chaleureusement remercié les jeunes pour la qualité de leur présentation de la veille et invité leurs parents et dirigeants à aider la jeunesse à être forte et fidèle, Neil Andersen a souligné l’importance d’être une lumière pour autrui en cultivant son  témoignage du Christ, en lisant les Écritures et en les appliquant, de manière à toujours bénéficier de la miséricorde et de la grâce du Christ.

Pour finir, il a béni l’assemblée et plus  particulièrement la jeunesse pour qu’elle soit une lumière pour le monde. 

Durant ce merveilleux week-end de conférence, l’amour et la gentillesse de frère et sœur Andersen ont profondément touché les sept-cents membres et amis présents. 

Le mardi 13 novembre, après les missionnaires de la misson de Lyon, c'était quatre-cents personnes qui étaient attendues à Villeurbanne pour rencontrer Elder Andersen. Elles furent près du  double (sept-cent treize membres et amis). Pourtant, la réunion a eu lieu un soir de semaine et certains membres ont fait deux heures et demie de route dans un sens, puis dans l'autre, avec de jeunes enfants qui allaient à l'école le lendemain. C'est sans doute cet esprit de sacrifice qui a permis un déversement abondant de l'Esprit du Seigneur sur l'assemblée.

Neal L. Andersen, du collège des Douze, a rappelé quelques principes du bonheur en couple et en famille. Il  a aussi enseigné que même si nous ne voyons pas la finalité de tout ce qui se produit dans nos vies, particulièrement les choses qui semblent injustes, nous devons savoir, comme l'aveugle guéri par le Christ : "Je sais une chose : j'étais aveugle et maintenant je vois."

Il a alors rendu un puissant témoignage du Christ, qui a fait ressentir à ceux qui étaient présents l'intimité de ses relations avec le Sauveur. Puis il a prononcé une bénédiction apostolique qui restera comme une ancre de foi pour les membres qui l'ont entendu. Il les a bénis pour qu'avec la foi, la prière et un désir de partager l'Evangile, ceux qui aiment Dieu et qui veulent faire alliance viennent vers eux et les trouvent. 

Le vendredi 16 novembre, la mission de Paris a eu la grande bénédiction d’accueillir à l’église de Soixante-dix et président de l’interrégion, de Patrick Boutoille, Soixante-dix d’interrégion, et de leurs épouses. 

Véronique Poznanski, femme du président de la mission de Paris, raconte : « Lorsque nous sommes entrés dans la salle de culte de Versailles, où nous attendaient nos missionnaires, nous avons ressenti qu’ils étaient vraiment prêts à être enseignés.  Nous leur avions demandé de se tenir prêts pour une Versailles Neal L. Andersen, du collège des Douze, et son épouse, accompagnés de José A. Teixera, photo de groupe avec les Autorités. Ils étaient donc déjà en place à notre arrivée et, alors qu’ils patientaient avec recueillement, un missionnaire s’est mis à jouer un cantique au piano pour inviter l’Esprit. Spontanément, un missionnaire s’est mis à le fredonner, puis deux, puis trois … A notre arrivée, toute la mission fredonnait. Quel moment magique et inoubliable ! Le ton était donné, l’Esprit serait puissant. »  

 « Combien nous sommes reconnaissants, s’exclame sœur Poznanski, que nos jeunes missionnaires aient eu à cœur de se préparer pour un tel moment d’enseignement, où la capacité à discerner était la clé spirituelle. Tous ont témoigné avoir  trouvé réponse aux questions personnelles auxquelles nous leur avions demandé de réfléchir. Voilà le miracle d’un enseignement par un témoin du Christ : près de deux-cents enfants de notre Père Céleste sont venus, chacun avec ses questions, un seul et même enseignement apostolique a été donné et chacun y a trouvé ses réponses ! Quelle bénédiction de savoir que l’Eglise du Christ est bien sur terre aujourd’hui, dirigée par des hommes de Dieu, humbles serviteurs capables d’enseigner à la façon du Maître. »  

Un grand défi pour tous les membres des pieux de Paris et de Paris-Est en cette soirée de vendredi 16 novembre pour être à 19.30 à l’hôtel Hilton à l’aéroport Charles de Gaulle. Traverser Paris et la région parisienne au moment des plus forts embouteillages et pour certains membres cela représentait un trajet de plus de 150 kilomètres. Plein de foi et de motivation, c’est 1095 membres et amis qui sont venus Elder Andersen dans cette grande salle pleine. 

Avant cette réunion, Elder Anderson, du Collège des Douze  et Elder Teixeira, du Collège des Soixante-Dix et président de notre interrégion, accompagnéd de leurs épouses, ont rencontré individuellement chacune des familles des présidences de pieu et des évêques et présidents de branche présentes. Chaque famille avec les enfants a eu l’occasion de poser avec les Autorités pour une photo souvenir.

C’est aux accents puissants et inspirants du chœur de pieu de Paris-Est que toute l’assemblée s’est levée à l’entrée des Autorités générales accompagnés de Patrick Boutoille, Soixante-dix d’interrégion, de Franck Poznanski, président de la mission Française de Paris, et des présidences des pieux de Paris et de Paris-Est. 

 Neil L. Andersen a témoigné du Christ : « Quand le Christ est venu, il a guéri physiquement des aveugles et des sourds. Maintenant il continue aussi de guérir les gens qui ont la foi, il les guérit spirituellement en apportant le salut à ceux qui veulent bien voir ou entendre les paroles de l’Evangile. Oui, comme ceux du passé nous pouvons dire : ‘J’étais aveugle et maintenant je vois, j’étais sourd et maintenant j’entends.’ Nous marchons tous les jours parmi des gens malades physiquement ou spirituellement. Eux et nous avons besoin de voir plus loin. » 

« Rappelez-vous de l’importance du repentir, a-t-il souligné. A Gethsémané, le Christ a dû souffrir pour nos péchés. Il est prêt à nous pardonner si nous nous repentons. Rappelons-nous combien il a souffert pour cette lourde mission au point de vouloir que son Père éloigne cette coupe amère. Mais il a ajouté : « Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! » 

L’Apôtre a terminé en offrant son témoignage : « Mes frères et sœurs, je suis un homme ordinaire. Comme Paul, je suis faible dans beaucoup de domaines, mais l’Evangile me donne de la force car je sais que le Christ est vivant et je sais que l’Evangile sera prêché sur toute la surface de la terre. Quand le Christ reviendra, l’Église sera là pour servir tout le genre humain. Nous pourrons vivre en famille éternellement. Je témoigne qu’Il vit, qu’Il est notre Sauveur. Je suis Son témoin et je rends ce témoignage de tout mon cœur et de toute ma sincérité. Au nom de Jésus-Christ. Amen ! »

Il s’est passé ensuite quelque chose qui a touché l’assistance. Frère Andersen a demandé aux parents de lui amener leurs enfants à la sortie afin qu’il puisse leur serrer la main et dire quelques mots à chacun d’entre eux, comme l’aurait fait Jésus.

"Quel week end nous avons vécu!" s'estexclamé Eric Malandain, président du pieu de Paris-Est. "Les membres qui ont pu être présents vendredi soir ont également ressenti fortement l'Esprit, ce qui les a préparés aux autres réunions. J'ai été touché par l'immense simplicité d'Elder Andersen, son écoute, son amour pour la France et sa compréhension des problèmes que nous pouvons rencontrer. Ses enseignements ont tout de suite été utilisés lors de la session des dirigeants de prêtrise."

Jamais encore les présidences de pieu/district et les présidents de mission d’Europe francophone ne s’étaient réunis avec un membre du conseil des Douze, jusqu’à ce samedi 17 novembre à l’église de Versailles, où l’Apôtre Neil L. Andersen, assisté de José A. Teixera, Soixante-dix et président de l’interrégion et de Patrick Boutoille, Soixante-dix d’interrégion, a tenu conseil, trois heures durant,  avec les principaux dirigeants de l’Eglise de France, Belgique et Suisse Romande. Un moment historique marquée par un grand déversement de l’Esprit. 

 « Notre plus grand défi, a conclu frère Andersen, est de faire croître la croyance en Dieu et la croyance au Christ. Nous devons parler de plus en plus du Christ, nous concentrer plus sur le Christ, dire aux gens que nous avons dans l’Eglise la vraie doctrine du Christ, enseigner que grâce aux ordonnances nous pouvons devenir de plus en plus comme lui. » Il a recommandé aux dirigeants de suivre le modèle pédagogique du Christ qui enseignait la doctrine puis invitait les gens à méditer ses paroles pour pouvoir les comprendre. (3 Néphi 17:2) 

Ce qui a frappé les esprits et les cœurs, c’est l’extrême gentillesse, la simplicité, l’humilité de frère Andersen, dont -, fait significatif - une des premières pensées est allée aux épouses des participants,  à qui il a demandé de transmettre « l’amour et la reconnaissance des Frères. » Assurément, au contact de ce « témoin spécial », tous se sont sentis grandis et plus proches du Maître..   

Après la réunion, Serge Gaston, président du pieu de Paris, exprime ainsi ses sentiments : "Avoir l'opportunité d'être enseigné par un apôtre du seigneur est toujours un privilège et constitue toujours un souvenir inoubliable.

La simplicité et l'amour qui émanent d'Elder ANDERSEN sont vraiment particulièrement émouvants. J'ai été particulièrement impressionné par la façon dont il parlait du Christ et l'insistance avec laquelle il nous a invité à focaliser notre enseignement sur la doctrine du christ. Il m'est apparu clairement, une fois encore, que l'essentiel est d'amener nos frères et sœurs à connaître le christ et sa doctrine car c'est ce qui sauve.

Je me suis imaginé comme nos frères des temps anciens qui étaient assis aux pieds du sauveur et l'écoutaient leur enseigner les paroles de la vie éternelle.

Avoir le privilège de partager des moments d'intense spiritualité comme ceux que nous avons vécus avec Elder Andersen constitue un des marqueurs de notre existence terrestre lorsque nous aspirons à la vie éternelle."

Ce dimanche 18 novembre, c’est au Palais des Congrès d'Angers, que les membres du pieu d’Angers et du district de Lorient  - plus d’un millier de personnes - ont accueilli  l’Apôtre Neil L. Andersen, José A. Teixera, Soixante-dix et président de l’interrégion, Patrick Boutoille, Soixante-dix d’interrégion, Franck Poznanski président de la mission de Paris, et leurs épouses. Charles Chevé, un jeune détenteur de la Prêtrise d'Aaron, à qui l’on avait confié la tâche d’escorter frère Andersen à l’intérieur du bâtiment, s’en est acquitté avec beaucoup d’amour et de respect. 

Avant le début de la conférence et comme à Paris l’avant-veille, frère Andersen a réuni les familles des présidences du pieu et du district  et des évêques / présidents de branche, le temps d’un chaleureux contact et d’une inoubliable photo-souvenir en compagnie de sa femme, Cathy, du président Teixera et de sa femme. Un  moment de convivialité particulièrement apprécié. 

Elder Andersen a invité té le couple Plante (branche de Lorient), aux côtés de qui il avait servi à Bordeaux comme président de mission, à le rejoindre sur l’estrade et l’a cité comme exemple de dévouement et de sacrifices. Frère Plante et sa femme (très affaiblie par la maladie) ont offert un témoignage touchant à l’assemblée. L’Apôtre a confié que c’est à l’âge de vingt ans, pendant sa mission, qu’il a décidé, en voyant l’exemple des membres français, d’être un disciple du Christ. « C’est une chose de dire ‘J’aime le Christ, je vais le suivre’, a-t-il ajouté, et une autre de le faire vraiment jusqu’à la fin. » 

Neil L. Andersen a témoigné notamment de la miséricorde du Christ « qui rend le repentir accessible à tous » et de la réalité de la résurrection, avant d’exhorter les saints à être « la lumière du monde ». « Nous pouvons témoigner du Christ à tout le monde, pas seulement par nos paroles mais aussi par nos actions, notre comportement. » 

A l’issue de la conférence, Neil Andersen et Jean-Yves Raveneau, le président du pieu d'Angers, ont accueilli les membres sur l’estrade pour les saluer individuellement. 

 

Remarque concernant le nom de l’Église: Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction en ligne.